FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion S'enregistrer       AccueilLE BLOG flux RSS
SCHMUL.NET

Forum périlittéraire
avec un parapluie à trous
sur la tête...
SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum
... et qui se prend
aussi pour un blog.
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Discussions générales Aller à la page 1, 2  Suivante  
Lire sur un écran : Pourquoi tant de haine ?
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Sam Sep 24, 2005 11:27 pm Répondre en citant
Je préviens tout de suite : j'ai la vague impression que ce qui suit est un débat stérile. Mais bon, il n'y a pas de fumée sans feu.

La question de la lecture sur un écran défoule les passions, j'entends par là qu'on s'aventure bien vite en dehors du rationnel. Au printemps, Lire/L'Express livre lançait sur son forum le thème suivant : Peur des livres numérisés ? Florilège de réactions :

Le forum de L'Express/Lire, qui serait pas content de découvrir une citation si longue mais bon faut dire que tant qu'ils utiliseront un forum à la noix car impossible à mettre à plat, y'aura des imbéciles pour copier/coller et ainsi améliorer de beaucoup la lisibilité des propos tenus, a écrit:

sujet: littérature sur internet Auteur: nani Date: 26/03/2005

L'idée d'un accès gratuit sur Internet pour la littérature (ou payante d'ailleurs) me paraît un manque d'effort. Quand nous étions enfants, à l'école primaire, nous avions une bibliothèque, on a appris à lire nos classiques, de cette façon. Faire la démarche d'aller prendre un livre dans une bibliothèque, faire le marché des occasions, fouiner, acheter un livre est une démarche qui nous a intéressée ; passer des heures à lire sur Internet, quel intérêt ? On ne tourne pas les pages, on n'attend pas le lendemain pour lire la suite. Ce sont deux états totalement différents. Le plaisir de lire avec un auteur entre les mains, sentir le papier... est irremplaçable.
----------------------------
sujet: littérature sur internet Auteur: juju Date: 03/06/2005

perso, je trouve que c'est une très mauvaise idée... en effet, je suis peut-être vieux jeu mais je pense que lire un livre, c'est s'en imprégner, c'est faire un avec lui. comment faire un avec son écran d'ordinateur?

--------------------
sujet: littérature sur internet Auteur: david Date: 14/06/2005

avant tout un livre ça ne coûte pas cher et ça s'emporte partout ,ensuite c'est vrai que même si ça peut sembler ridicule une des choses que je préferais quand j'étais petit (il n'y a pas si longtemps) c'était cette odeur des livres qui m'envoutait ,cette sensation l'après-midi entière qui m'emportait et me faisait oublié la réalité
-----------------
sujet: littérature sur internet Auteur: Tan-Hoa PHAM Date: 07/09/2005

un livre dans une bibliothèque est irremplaçable. C'est bien simple, si je n'ai pas l'occasion de l'avoir physiquement devant moi, je l'oublie (c'est le cas de la moitié des livres que j'ai lu et qui sont la propriété d'autres personnes qui m'entourent). Il faut pouvoir, à tout moment, retrouver le mot, la petite phrase, le paragraphe ou le chapitre qui m'a illuminé pendant la lecture... où alors il disparaît dans le fond de ma mémoire sans espoir de remonter à la surface. C'est pareil pour la musique: on ne retient que les cds qu'on achète et les mp3 on les stocke (..) sans jamais les écouter. Bien à vous, Tan-Hoa.

-----------------
sujet: littérature sur internet Auteur: virginie Date: 26/05/2005

c'est super, mais tout le monde n'a pas internet. aussi, le format papier est tellement plus transportable.....
-------------------
sujet: RE : littérature sur internet Auteur: Sarah Date: 03/07/2005

On dit que la litterature sera "libre d'accés" je ne suis pas t-otalement de cet avis là,numeriser un livre ne serait il le reduire à un etatt de néant, je veux dire, ou est le plaidir de le decouvrir, personnelement à chaque fois que je vois un livre, je sens en moi une bouffée d'adrénaline monter, et puis la couverture, je la trouve tellement important, j'aime aussi sentir le papier, il sent si bon et dés lors, ou l'ouvre à la première page et on est plongés dans un univers complètement different,en plus numeriser un livre ne serait il pas une façon ou une autre de le banaliser, dejé que de nos jours le livre a perdu son importance par rapports* aux années précedentes,il n'en ferait qu'en perdre d'avantage, et c'est la littératur entière qui serait perdu, peut etre que les gens liront plus, mais il n'en accroderont jamais d'importance, se sera un simple passe temps,un divertissement parmi tant d'autre, c'est dommage car le Livre est a mon gout la seule nourriture de l'esprit!!!!!

----------------------
sujet: La numérisation des livres Auteur: amine Date: 28/06/2005

je pense que la relation qu'on a avec le livre est particulière :d'une part on sent que le livre c'est l'un de nos biens et ainsi de suite une relation se renoue entre moi et mon livre toute en progressant dans la lecture qui peut par fois atteindre l'amour,et la fameuse numérisation va jeter tous cela dans la poubelle,maleureusement!
---------------------
sujet: La numérisation des livres Auteur: marie 16 Date: 08/07/2005

que la numérisation des livres soit inéluctable soit, encore que !!! mais où sera le plaisir de prendre le livre, le caresser, supputer :vais je l'aimer ? le poser à côté de son fauteuil et enfin le commencer !!

----------------
http://livres.lexpress.fr/forum/viewposts.asp?forumId=137


Avec un gros effort d'objectivité censé couvrir les bribes de rires qui viennent aux lèvres, on se doit de reconnaître un constat :
- Soit ces propos relèvent d'un fétichisme du livre.
- Soit ils s'apparentent à un prétexte facile pour vite évacuer le sujet.

Un psy dirait que ces deux arguments sont similaires dans la mesure ou le fétichisme est un phénomène qui révèle d'autres sources de blabla blabla... Bon bref, que se cache-t-il derrière tout cela ? Quelles sont les véritables raisons, les réticences ?
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Lun Sep 26, 2005 3:34 pm Répondre en citant
Donc, et en évitant le débat stérile, tentative d'esquisse pour poser la problématique :

Premier axe :
- le coup de la bataille entre les anciens et les modernes, réévaluée à coup de technophobie à la française ?

Deuxième axe :
- Une certaine idée du progrès... disons linéaire. Je m'explique : la réticence vis-à-vis des ibouquins renvoie à cette question : vont-ils supplanter les livres papiers ? Ce type d'argument reprend une idée plus générale : les nouveautés remplacent ce qui existe. Or ça n'est pas dit, deux technologies peuvent cohabiter, cela dépend des besoins, nécessités, envie des lecteurs. On rappelera à dessein l'échec de l'e-book (machin pad bidule et autres) qui, comme le rappelle Patrick Bazin :

Patrick Bazin a écrit:
L'échec de l'e-book est, d'ailleurs, une preuve parmi d'autres des impasses à éviter, comme nous avons pu le démontrer à Lyon en 2003, lors d'une expérimentation de plusieurs mois : le livre électronique ne convainc, en fait, que les lecteurs professionnels cherchant à explorer, plus par jeu que par nécessité, les potentialités de la lecture intensive telles que la recherche d'occurrences ou l'annotation...

cité par lafeuille :
http://lafeuille.blogspot.com/2005/09/aprs-lordre-du-livre.html


Bref, par exemple, quand on a envie d'extérioriser sa douleur sur un mur, on graffe ; on ne perd pas son temps à se dire que c'est là une expression préhistorique et archaïque et pas du tout adapté à notre époque de super technologie. Et pourtant, on invente alors ce qui apparait à tous comme une nouveauté.

De même, la littérature hypertextuelle rappelle des aspects moyen-âgeux (dilution de l'auteur, propriété intellectuelle, "performance", oeuvre non-finie etc.)

Dans le même temps, on se dit que ces exemples sont bêtes ; écrire sur un mur n'est pas forcément une attitude foncièrement préhistorique. ne pas figer un texte n'est pas non plus moyen-âgeux. Alors, si ce n'est d'un point de vue technologique, le progrès, vraiment linéaire ? Rouleau compresseur du passé ?
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Lun Sep 26, 2005 6:51 pm Répondre en citant
Surprise !
Je ne pensais pas trouver un avis contraire à ce que j'écris au-dessus et puis bah non :
Lorenzo Soccavo, en présentant son blog "Nouvolivractu", a écrit:
"Ce Blog de veille s'adresse à tous ceux qui pensent et espèrent, comme nous, que de nouveaux appareils de lecture vont un jour prochain remplacer les livres, comme les CD ont remplacé les disques vinyl, les DVD les cassettes VHS et la photo numérique les photos argentiques. A chaque fois ce fut une amélioration (en fiabilité du support et sauvegarde du contenu, en services supplémentaires aux utilisateurs...). Nous sommes persuadés que les nouveaux appareils de lecture pourront, eux aussi, apporter de réels ++ (nouveau confort de lecture, aides contextuelles didactiques, et également : meilleur accès à la lecture aux personnes handicapées, notamment malvoyantes, et sauvegarde des forêts ! )".

C'est là


Bon, bah...
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mar Sep 27, 2005 11:40 am Répondre en citant
Je me rassure en lisant Pierre Bachy :

Pierre Bachy a écrit:
"Et la texture du papier rappelle quelle peau? Qu’est-ce que je touche quand j’ai un livre entre les mains ?... Est-ce une question simplement matérielle ?

Mais alors pourquoi ne pas en revenir aux tablettes d’argile? Encombrer sa maison de pyramides de papyrus? Autres solutions : lire sur des écrans scintillants d’un bleu toujours plus profond à mesure qu’ils s’interfacent, transporter le livre sur écran portable de sa valise au bord de la piscine..."

***

"En ce qui concerne l’avènement de nouveaux genres littéraires qui placent l’écrit à l’écran, faut-il rappeler que les technologies offrent de nouvelles problématiques formelles stimulantes ? L’HTX - la narration hypertextuelle... - ne va pas tuer la littérature papier. Faut-il rappeler que le cinéma n’a pas remplacé le théâtre, que l’art-vidéo n’a pas tué la photographie, que la techno n’a pas assourdi la musique instrumentale ? La littérature numérique coexistera donc avec l’ère Gutenberg".

http://www.thea.fr/portail/chronique/chro04/cyber_lang.php

_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mer Fév 08, 2006 5:58 pm Répondre en citant
Je crois bien avoir découvert le pied de biche pour ouvrir vraiment la question.
Ma réflexion part d'un commentaire à propos du papier électronique :

Citation:

Posté par elocyn le 14/12/2004 à 19:26. (lien). Évalué à 3.

le livre électronique... Mon mémoire de maîtrise!
J'étais stagiaire chez 00h00, ya 4/5 ans, et j'avais fait le tour des avantages/inconvénients du e-book.
En gros, livre papier=toucher, objet, cadeau, plaisir et
e-book=pratique.
Donc les deux sont complémentaires.
Quand au e-Ink, j'avais lu qu'on pouvait en faire des feuilles souples, ce qui poussait loin l'imagination, et me faisait réver au livre de la nièce de l'inspecteur Gadget (On a les référence qu'on peut!)
Erwann

http://linuxfr.org/comments/510078.html#510078


On peut établir une association entre le livre et l'oeuvre qu'il supporte, le livre est une réalisation unique, la fixation du texte sur son papier, faisant un tout Un et Indivisible. On ne retrouve plus cela avec un ordinateur ou un ibouk, qui ne sont que des lecteurs de textes. L'esprit ne peut plus associer un lien strict à l'objet. Sur un ordinateur, on stocke et visionne des tas de textes. On peut l'aimer son ordi et ce ne serait pas un sentiment plus étrange que l'amour pour un livre, là n'est pas le problème ; mais on ne peut plus lier l'oeuvre et le support dans un rapport particulier. Dans les réticences quant à la dématérialisation de l'oeuvre, je crois que ce phénomène joue un grand rôle et nuit au "plaisir" qu'on peut ressentir face à une oeuvre devenue objet (livre). Ils viennent peut-être de là les réflexes "fétichistes" recontrés plus haut ?

Que vous en semble, comme diraient les pingouins docteurs es lettres si seulement ils avaient réussi à avoir leur bac d'abord ?
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Becdanlo
inventeur de mots


Inscrit le: 26 Déc 2004
Messages: 99

MessagePosté le: Ven Fév 10, 2006 11:02 pm Répondre en citant
Tèf a écrit:
Citation:
Dans les réticences quant à la dématérialisation de l'oeuvre, je crois que ce phénomène joue un grand rôle et nuit au "plaisir" qu'on peut ressentir face à une oeuvre devenue objet (livre). Ils viennent peut-être de là les réflexes "fétichistes" recontrés plus haut ?


J’aime bien cette notion de « fétichisme » à propos du livre papier.

« Cet obscur objet du désir » pour paraphraser un film de Luis Bunuel.

Une piste à creuser !

Wink


Dernière édition par Becdanlo le Sam Fév 11, 2006 1:13 pm; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Auteur Message
Becdanlo
inventeur de mots


Inscrit le: 26 Déc 2004
Messages: 99

MessagePosté le: Sam Fév 11, 2006 1:09 pm Répondre en citant
Fétichisme again !

Voici un extrait d’une interview de Pierre Bettencourt par Eric Dussert et Eric Naulleau dans le Matricule des Anges n°19, mars-avril 1997

Les femmes ont longtemps représenté pour moi un monde tout à fait à part. Je pensais bien me marier un jour, mais cela restait très vague dans mon esprit. J'étais marié avec ce que je faisais professionnellement. À Saint-Maurice par exemple, j'avais installé un tabouret de piano à côté de mon lit. J'y posais le livre que je venais d'imprimer et lorsque je me réveillais la nuit, je regardais mon livre, sa mise en page, et j'en tirai une satisfaction très grande.

http://www.koikadit.net/PBettencourt/pbettencourt.html

Bien sur, il s’agit là d’un écrivain vis-à-vis de son propre livre (du narcissisme ?) mais où l’on voit que l’objet livre peut être source d’un grand plaisir…

Wink
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mar Fév 14, 2006 3:52 pm Répondre en citant
Au fond, de nombreux objets (tous ?) subissent ce tour d'esprit. On leur affecte quelques grammes de dimension symbolique, un attachement affectif. En vrac, ma cafetière, ouature, trousse (eh oui j'ai une trousse Razz ), ciseaux, lampe de chevet, tapis de souris etc... Non, je finis par me demander s'il existe des objets qui y échappent, de purs objets matériels. Si, un billet de banque !

Au fond toujours, je ne sais jamais si le fétichisme est une dérive matérialiste accordant à l'objet plus qu'il n'en mérite, ou bien une manière de sortir dudit matérialisme en refusant de ne voir d'un objet qu'un objet. Le billet de banque par exemple.

EDIT :
Je viens de comprendre pourquoi j'évoque le "billet de banque" et ce qui me gène en lui. Il a effectivement une valeur symbolique, un bout de papier qui équivaut à une valeur monétaire. Bref, sa dimension symbolique est déjà codifiée. La place est prise, il est alors difficile de la modifier en y ajoutant un attachement personnel.
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Masques de Venise
compte sur ses doigts


Inscrit le: 26 Oct 2006
Messages: 5
Localisation: Dans votre ordinateur.

MessagePosté le: Jeu Oct 26, 2006 2:38 pm Répondre en citant
Salut, Tef et Bec.

Je prends la discussion en cours - uniquement parce que j'ai vu le lien de Schmul sur Alexandrie tout à l'heure.Very Happy

Les gens n'aiment pas lire sur le Net à mon avis parce que le Net leur fait peur. Dans le style : "Je n'en suis pas capable, je n'y comprends rien, etc ..." Ensuite viennent les réactions du style : "Ca fait mal aux yeux (pour certains, c'est vrai : la prudence est recommandée) - On y trouve n'importe quoi (c'est parfois vrai aussi, hélas !) et enfin : - Je n'ai pas la patience."

Avant de commencer la e-lecture sur Alexandrie, moi-même, je regardais cela de façon perplexe. Puis, je m'y suis faite, tout d'abord parce que je découvrais aussi de bons textes qui enrichissaient mon imaginaire. Maintenant, c'est devenu un acte banal. J'ajouterai que, si le texte me plaît vraiment beaucoup, je serais heureuse de le retrouver en papier, pour compléter ma bibliothèque. En ce sens, il y a complémentarité du Net et de Gutemberg - les deux révolutions se valent, de toutes façons.

Mais je pense qu'il faut distinguer les "vrais" lecteurs des autres.
Il est devenu commun de dire par exemple que, en France, tout le monde lit et tout le monde écrit. Oui : mais qui lit quoi ? qui écrit quoi ? Il y a ceux qui se complaisent dans les livres écrits par des "nègres" pour des célébrités, ceux qui n'achètent que les livres qui sont passés "à la télévision" ou qui, en tous cas, sont surmédiatisés et enfin ceux qui achètent les derniers Prix littéraires parce que, puisque le livre a eu un prix, il est fatalement extraordinaire (ce qui est loin d'être toujours le cas).

Ces gens-là sont-ils de "vrais" lecteurs ? Je ne le crois pas. Ce sont des pseudo-lecteurs, incapables de faire un tri en fonction de la valeur purement littéraire d'une oeuvre. Pas question donc, pour eux, de se rendre sur le Net où, devant les e-books, ils ne peuvent que paniquer. Penser par eux-mêmes, ils ne savent pas. C'est dommage pour eux mais je ne dirai que c'est excellent pour le Net.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Jeu Oct 26, 2006 3:10 pm Répondre en citant
Salut et bienvenue ici,
Je te trouve méchante avec les lecteurs, même si je te rejoins sur de nombreux points. Et pour ma part je prendrai bien la réciproque de ton argumentation.

Masques de Venise a écrit:
Pas question donc, pour eux, de se rendre sur le Net où, devant les e-books, ils ne peuvent que paniquer. Penser par eux-mêmes, ils ne savent pas.


Le Net est en la matière une superbe école. Face à la multitude, on est obligé de choisir, évaluer, en fonction de ses critères. En quelques années, j'ai beaucoup appris sur moi, mes goûts, ce que recherchent en littérature etc.


Sur le Net, il y a tout et n'importe quoi ; oui, triple fois oui. Et

TOUT - N'IMPORTE QUOI = DE CHOUETTES TEXTES.

ça veut dire que sur le net, faut fouiller, trifouiller et ça demande un minimum de curiosité, de patience, de temps. Tout ce que qu'une bonne partie des lecteurs n'a pas envie d'investir.

Masques de Venise a écrit:
Il y a ceux qui se complaisent dans les livres écrits par des "nègres" pour des célébrités, ceux qui n'achètent que les livres qui sont passés "à la télévision" ou qui, en tous cas, sont surmédiatisés et enfin ceux qui achètent les derniers Prix littéraires parce que, puisque le livre a eu un prix, il est fatalement extraordinaire (ce qui est loin d'être toujours le cas).


Bref, les têtes de gondole. Même attitude, on ne s'intéresse qu'à ce qui tombe tout droit dans le bec, prêt à gober. Certains lisent de la soupe parce que la pub ne leur propose rien d'autre, et qu'au fond, je pense, il ne cherche rien d'autre dans la littérature qu'un divertissement. [/quote]
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Masques de Venise
compte sur ses doigts


Inscrit le: 26 Oct 2006
Messages: 5
Localisation: Dans votre ordinateur.

MessagePosté le: Sam Oct 28, 2006 5:42 pm Répondre en citant
C'est vrai, ce que tu dis : on apprend beaucoup sur soi-même en lisant sur le Net. Cela apporte aussi beaucoup au niveau de l'écriture que l'on a : la critique (au sens positif du terme) des écrits des autres aide beaucoup celui qui les fait.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Nouveau 2
Invité





MessagePosté le: Dim Fév 11, 2007 1:58 pm Répondre en citant
L'opposition Net-Gutenberg me parait articficiele atricifice artifcei
je vais y arriver :
ar-ti-fi-ci-elle
voila, c'est l'index gauche qui coince Confused

sinon artificielle à tout le moins déjà dépassée :
il est clair que l' ibouc évolue très vite. Il est déja passé à la couleur, on va pouvoir y implanter des images, des vidéo, du son, et la liaison wifi avec le net.
Demain, qud j'en achèterai un, j'aurai
-- Gutenberg (un objet qui aura les caractéristiques -- dimensions, poids, mobilité-- d'un livre de poche) avec accès à toute la littérature trad numérisée,
-- plus l'hypermedia, avec toute la nouvelle littérature à liens qui cavale à travers le net, sous les formes les plus excitantes.

Personnellement, je rêve de ce qui se profile pour après-demain : la littérature en trois dimensions, dont j'ai vu une préfiguration ds Paycheck de John Woo, où on voit le héros démonter un programme informatique en accrochant ses parties virtuelles dans l'espace.
Comme une danseuse au-dessus d'une boîte à musique, mais en virtuel avec toutes les possibilités de la nanotechnologie claironnante.

Avec toutes les interventions imaginables du "lecteur", conçu plutôt comme un visiteur ou même un colon puisqu'il pourrait intervenir dans cet espace et son récit.
Si vous voyez ce que je veux dire ? Smile
 
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Lun Fév 12, 2007 12:01 pm Répondre en citant
Nouveau a écrit:
-- Gutenberg (un objet qui aura les caractéristiques -- dimensions, poids, mobilité-- d'un livre de poche) avec accès à toute la littérature trad numérisée,


Eh bien justement, c'est là que se portent mes réflexions. Un objet pour une infinité de textes et non plus Un objet pour un texte. Est-ce tout à fait la même chose. Je ne peux m'empêcher de penser que si la langue a formé le mot "livre", qui désigne à la fois le contenant et le contenu, ça n'est pas un hasard. Si l'administration a recours à une expression bien floue, abstraite, "oeuvres de l'esprit", pour parler de textes hors leur contenant, est-ce un hasard ?

Je ne parle pas du point de vue technique mais symbolique. Le statut du livre va être modifié, et oserais-je dire, la "statue" du livre, un livre qui s'inscrit un peu moins dans le concret. Et des conséquences qui en découleraient, d'anecdotiques à primordiales, d'esthétiques à philosophiques. Allez savoir.

Bref, est-ce un détail que le passage du livre au lecteur de textes ? Je me le demande.
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Nouveau 2
Invité





MessagePosté le: Mer Fév 14, 2007 11:38 am Répondre en citant
On vient de m'envoyer une @dresse qu'il est impossible de ne pas partager :
http://www.youtube.com/watch?v=eRjVeRbhtRU

Je suggère comme titre :
Modeste Contribution Scandinave (?) à The Débat
Razz
 
Auteur Message
Becdanlo
inventeur de mots


Inscrit le: 26 Déc 2004
Messages: 99

MessagePosté le: Mer Fév 14, 2007 9:16 pm Répondre en citant
Absolument génial cette vidéo!

Bon ça fait pas avancer le débat mais ça fait du bien de rire!


Laughing
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Discussions générales
Informations
Page 1 sur 2    Aller à la page 1, 2  Suivante
Montrer les messages depuis:   


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group :: Thème : Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com ::