FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion S'enregistrer       AccueilLE BLOG flux RSS
SCHMUL.NET

Forum périlittéraire
avec un parapluie à trous
sur la tête...
SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum
... et qui se prend
aussi pour un blog.
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature à papier   
"Vue sur le cimetière" Cédric Jullion
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Sam Avr 16, 2005 1:35 am Répondre en citant
"Vue sur le cimetière", Cédric Jullion
( une soixantaine de pages, A4, fichier Word, Le site de Johnny)


[J'ai rédigé cette note le lendemain de ma lecture, après une nuit où cette histoire s'est infiltrée dans mes rêves. Voilà ce qui arrive quand on avale un bouquin jusqu'à pas d'heure, ça laisse des traces. Bref, tout ça pour dire que cette note est une projection franchement subjective ; j'ai essayé d'écrire autre chose, je n'y suis pas arrivé. Désolé.]

ça commence comme cela :
Citation:
"S’il n’y avait pas eu de si grandes similitudes entre les deux seuls attributs ornant le mur gris de cette pauvre pièce, à savoir une fenêtre et un tableau, je ne serais peut-être jamais sorti de ma profonde léthargie. Je bénis la forme de ces objets, leur rectitude et leur fadeur qui, tellement proches, m’ont permis de les confondre et, comme une étincelle, ont remis mon esprit en route, mon esprit qui, enfin, allait réoccuper son temps à penser. Ou peut-être n’est-ce que ce célèbre instinct de survie qui a fait surgir une idée du fin fond de ma conscience afin que celle-ci ne s’endorme pas à tout jamais. Car c'est bien de cela dont il était question : réveiller mon âme que je sentais s’éteindre".


Réveiller une âme qu'il sentait s'éteindre, sujet éternel et étheré... mais qui est-il cet homme qu'on voit là, quelle est donc cette "léthargie" qui endort la conscience à ce point ?

"Vue sur le cimetière" lève le voile sur des sujets comme celui-ci mais sans jamais les dévoyer. D'autres y auraient plaquer une fantasmagorie mythologique, ce texte les affleure, les effleure pour mieux les faire sentir, les suggérer et nous interroger. La narration épouse ce point de vue : des parties apparemment disjointes mais qui s'entrelacent au fil de la lectrure, charriant avec elles une foule de questions en suspens. C'est cela, l'écriture est en suspens, et cela lui va bien. Suspendue au-dessus des vies, au-dessus des choses de la vie, au bord d'univers quasi-fantastique, prosaique, merveilleux, d'anticipation sans jamais s'enfermer dans l'un d'eux. Les repères s'effacent pour mieux révéler ce qui transcende chaque partie.

C'est un pari fou, comme une inversion toute particulière du fleuve d'Héraclite (où l'on se baigne toujours au même endroit mais jamais dans la même eau). Là, on peut s'inventer des vies, se baigner à différents endroits mais toujours dans la même eau, dans cette constante qui nous anime. Comme les choses, les hommes passent et trépassent et on s'interroge sur ce qui reste, l'eau d'un fleuve ou celle d'une fontaine.

Mais surtout le texte s'ouvre à une pluralité de lecture : on pourrait dissocier chaque partie, on pourrait tout aussi bien les relier, recréer un fil narratif continue, y voir un kaléidoscope. Que sais-je encore ? Chacun y trouve ce qu'il y cherche. Tiens d'ailleurs, l'auteur présente le texte ainsi :
Citation:
"Un homme s'éveille. Devant lui, l'inertie. Il cherche les indices d'un monde qu'il a oublié, pour sortir de son silence. L'espace qui l'entoure s'anime peu à peu et les nouvelles qui parcourent le récit enrichissent cette mémoire perdue. A moins que ce ne soit ses désirs qui s'expriment, comme un espoir abandonné."
Ma lecture en est loin...

A lire pour le croire. A lire pour se réveiller le lendemain et sentir la réalité vaciller, ne serait-ce qu'un instant, le temps d'ouvrir une paupière.

[edit: correction lien]
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature à papier
Informations
Page 1 sur 1    
Montrer les messages depuis:   


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group :: Thème : Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com ::